La Presse Riviera Chablais
mercredi 23 octobre 1996

Maya Zeller expose à Vevey

Les riches couleurs du rêve
Une sensibilité secrète, s’enracinant dans la beauté de la nature, une spontanéité d’enfant, conservée à l’ âge adulte, Maya Zeller peint comme elle respire. La Galerie Suspense à Vevey accueille, actuellement, ses peintures et ses dessins très colorés.

Abstrait ou figuratif, au gré des sentiments et des émotions, mais toujours allègre, ce travail de quelques années passe aussi du naïf à l’expressionniste, de la réalité au rêve. L’idée d’une toile sourd de l’observation des éléments naturels. Une cascade suscite une explosion de cou- leurs vives, d’oranges et de verts lumineux qui disent la fraîcheur de l’eau et de son écrin, mais également de sentiment heureux qu’elle induit. Travaillant dans l’horticulture, par un été chaud et éblouissant, Maya Zeller fait chanter sur sa toile toute une gamme de verts et de jaunes dans l’exubérante végétation où travaillent quelques jardiniers.
Au pâturage, elle observe, croque au passage les attitudes des bêtes et en exprime par la fraîcheur des tons, tout le bonheur paisible. Sur des rochers bretons, le mouvement de l’eau pousse des écharpes irisées, dont on sent la tonique respiration.

Voyage intérieur, rêves et visions intuitives empruntent d’autres formes et d’autres techniques. Spontanément, émergent les figures d’une mythologie secrète. Comme dans les contes, les oiseaux miment les aventures, les craintes et les sentiments humains. La caverne, peinte à grands traits énergiques, le désert, les tunnels et la roue des générations animales et humaines surgissent dans un expressionnisme instinctif émouvant. Ces visions coulent du pinceau de Maya Zeller, comme d’une source intérieure pleine d’énergie et de richesses. On y trouve la fête des soleils, de la paix, l’exaltation de la lumière, La vitalité originelle. La force chromatique au service d’une sensibilité jeune, vierge de consignes contraignantes, rejoint cependant la dynamique expressionniste allemande, sans toutefois sacrifier à l’obscur. Car tout est lumière, flamboiement ardent des rencontres de couleurs et projection instinctive dans un univers d’harmonie.

Mireille Schnorf